Choisir le bon médium de formation

(0)
Publié parVia Prévention Catégorie

Par Samuel Laverdière, CRIA, pour le magazine Transport Routier, édition juillet/août 2018

Pour bien des gestionnaires, faire de la prévention, ça se règle avec de la formation. Bien qu’elle ne soit pas la réponse appropriée à toute situation, il n’en demeure pas moins important d’identifier le bon type de formation pour répondre à un besoin. Quand viendra le temps de commander la formation identifiée, vous en arriverez probablement à un choix décisif: est-ce que la formation se donnera en classe avec un formateur, ou vous déciderez d’y aller avec une formation en ligne? Autrement dit: le classique ou le technologique? Il n’y a pas de réponse absolue mais, au contraire, bien des facettes à considérer pour une décision réfléchie et efficiente. Alors, comment faire le bon choix?

Imaginons la situation suivante: vous avez 35 conducteurs de camion qui font du local et trois répartiteurs à former sur le transport des marchandises dangereuses. Pour certains, leur certificat de formation arrive à échéance dans quelques semaines et d’autres dans quelques mois. Vous avez une grande variation d’années d’expérience dans le TMD parmi ces personnes et les types de marchandise à transporter sont tout aussi variés. Vous ne disposez pas de salle de conférence et personne dans votre entreprise ne se sent à l’aise pour donner le contenu de formation? Que faites-vous pour former vos travailleurs?

Le classique

Débutons par la classique formation de groupe, en salle. Elle peut prendre la forme d’un cours magistral, mais aussi d’atelier, d’un travail pratique ou dirigé. Les avantages de la formation en classe sont nombreux : l’apprenant peut poser ses questions directement et, si les réponses demeurent toujours nébuleuses, le formateur sera en mesure d’utiliser une autre tactique pour que la matière soit comprise. De plus, il n’y a qu’en groupe où les anecdotes, les échanges et l’ambiance générale viennent offrir un cadre optimal d’apprentissage. Il devient plus facile d’intégrer un volet pratique à une formation lorsque le formateur est sur place. Cet aspect n’est pas à négliger pour un transfert et une application concrète des connaissances, surtout dans le transport. Et, bien souvent, la présence d’une personne externe à l’entreprise amène de la crédibilité au processus de formation, ce qui peut être intéressant lors d’une formation visant un nouveau contenu.

Pour ce qui est des inconvénients, la formation en classe a une portée limitée (au-delà de 15 participants par groupe, c’est rock’n roll!), un certain nombre de travailleurs doivent cesser leurs tâches habituelles en même temps, sans oublier que la constance de l’information à transmettre peut être grandement affectée par le formateur, par exemple.

Le technologique

La formation en ligne peut prendre plusieurs formes: webinaire, présentation interactive, jeu vidéo, classe virtuelle, etc. Des avantages? Oui. Par exemple, l’apprentissage se fait à un rythme personnel, ce format peut être moins intimidant pour certains (ils n’ont pas à se préoccuper de ce que les autres vont penser de leurs questions), le contenu est uniforme, la formation est accessible n’importe où, n’importe quand et ça n’implique pas de devoir libérer des travailleurs tous en même temps pour assister au cours.

Par contre, pour ce qui est des points négatifs, il n’est pas donné à tout le monde d’être capable d’apprendre derrière un écran: le risque de survoler la matière sans y porter trop d’attention et la difficulté de mesurer le niveau de compréhension des participants sont importants. Même chose pour l’autodiscipline: il n’y a pas de cadre de travail imposé (ça demande un effort de concentration accru). Ce ne sont que quelques exemples de limites des apprentissages en ligne.

Considérant tout ça, changez-vous d’idée sur la formation à commander? Allez-vous être tenté par le 2.0? Quelle solution vous convient davantage? Votre réponse sera probablement la bonne. Sinon, refaites le cheminement.

Téléchargez la version PDF.


Samuel Laverdière, CRIA, conseiller en prévention chez Via Prévention, possède un baccalauréat en relations industrielles. Il forme et conseille des gestionnaires et travailleurs des entreprises de transport au Québec. On peut le joindre à samuel.laverdiere@viaprevention.com.