Des rondes un peu croches

(0)
Publié parVia Prévention Catégorie

Par Samuel Laverdière, CRIA, pour le magazine Transport Routier, édition décembre 2019

Le 20 novembre 2016 entrait en vigueur la plus récente version du Règlement sur les normes de sécurité des véhicules routiers, qui incluait alors les nouvelles règles concernant les vérifications du conducteur. On passait alors d’une «vérification avant départ» à une «ronde de sécurité» comprenant tous les éléments qui venaient avec : le concept de personne désignée, le retrait de l’exemption du 160 km, la validité de 24 heures, les listes de défectuosités, le contenu du rapport de ronde et, bien évidemment, le nombre d’éléments à vérifier qui passait de 14 à 19. Où en sommes-nous, trois ans plus tard?

Une chose est certaine : la réalisation demeure difficile et la qualité de ces rondes de sécurité faible. Si on se fie aux plus récents résultats du Roadcheck 2019, c’est environ un véhicule sur cinq qui a été mis hors service pour des défectuosités mécaniques. Est-ce totalement la faute du conducteur du véhicule lourd? Peut-être, mais les responsables de l’entretien préventif des véhicules ont probablement leur part de blâme là-dedans. Il y a plusieurs années, une étude avait été réalisée par Olivier Bellavigna-Ladoux de ProLad Experts, un proche partenaire de Via Prévention, pour évaluer la qualité des inspections quotidiennes faites par les conducteurs. Près de 350 d’entre eux, partout en province (avec en moyenne 16 ans d’expérience dans l’industrie), ont été testés sur la qualité de leurs inspections. Les constats étaient alarmants :

  • 43 % des conducteurs estiment faire une inspection complète à chaque jour
  • Les conducteurs considèrent que certaines vérifications sont inutiles (en particulier s’ils conduisent toujours le même véhicule)
  • Les conducteurs effectuent beaucoup de vérifications à l’instinct, une fois déjà sur la route
  • Il y a des lacunes importantes dans l’efficacité pour la vérification des freins (27 %) et des attelages (46 %)
  • La pauvre performance générale des conducteurs (60 % d’efficacité, ou taux de réalisation réussie des éléments d’inspection réglementaires)

L’élément qui, selon moi, demeure perturbant, c’est la différence entre la performance perçue (85 %) et la performance réelle des conducteurs (60 %). Avec si peu de qualité et si peu d’inspections effectuées, pourquoi n’avons-nous pas plus d’accidents en lien avec des défectuosités mécaniques? La chance? Pour le préventionniste en moi, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond.

Tester la solidité

Novembre 2016 aura été mouvementé. La grogne à propos de la ronde de sécurité est maintenant inexistante. Et si c’était le bon moment pour évaluer si vos conducteurs sont toujours en mesure de respecter la réglementation et de réaliser une ronde de sécurité complète et efficace? Prenons un cas spécifique pour illustrer ce qui est, selon moi, le talon d’Achille du conducteur moyen : les freins pneumatiques. Comme constaté dans les résultats du Roadcheck 2019, les systèmes de freinage pneumatique accaparent presque la moitié de toutes les mises hors service. Le Roadcheck nous apporte des données brutes, mais M. Bellavigna-Ladoux nous a précisé les lacunes dans l’inspection quotidienne des freins pneumatiques :

Quel serait le score de vos conducteurs? Sans données, difficile d’établir un portrait clair. Et avec l’hiver, les conditions climatiques plus rigoureuses et la noirceur grandissante, ça n’aide en rien à rendre une ronde de sécurité plus simple et plus agréable. Il n’en reste pas moins qu’elle demeure essentielle pour assurer un cadre de travail sécuritaire pour le conducteur du véhicule lourd et pour les autres usagers de la route.

Sur ce, je vous souhaite de passer de joyeuses fêtes et une année 2020 en toute sécurité!

Téléchargez la version PDF.


Samuel Laverdière, CRIA, conseiller en prévention chez Via Prévention, possède un baccalauréat en relations industrielles. Il forme et conseille des gestionnaires et travailleurs des entreprises de transport au Québec. On peut le joindre à samuel.laverdiere@viaprevention.com.