Entrer dans la fosse aux lions

(0)
Publié parVia Prévention Catégorie

Par Samuel Laverdière, CRIA

Le saviez-vous? Les chutes représentent plus de deux tiers des accidents du travail dans l’industrie du transport. Que ce soit en descendant de la cabine du camion, durant le déneigement du toit de la semi-remorque, en marchant autour du véhicule lors de la ronde de sécurité ou en s’enfargeant à cause de matériel au sol, ça risque fort probablement de finir par une blessure grave, voire mortelle. Et ce, peu importe votre condition physique, votre âge ou votre sexe.

Le 3 janvier dernier, le Gouvernement du Québec a inséré de nouveaux articles de loi pour encadrer le risque de chute dans les fosses de réparation pour l’entretien mécanique des véhicules (alias le bon vieux pit). Ça m’a inspiré pour une chronique où on pourrait déterminer brièvement l’ensemble des exigences de sécurité pour ces fameuses fosses. Parce qu’elles sont nombreuses, et pas seulement pour contrer les chutes.

Comment lier l’alimentation avec une chronique sur la prévention et la sécurité au travail? Très simplement, car les choix alimentaires d’un camionneur, d’un cariste, d’un manutentionnaire ou d’un mécanicien vont influencer sa vigilance au travail, la qualité de son sommeil, son état de concentration et même la gestion de son stress.

Risques d’incendie et d’explosion

Évidemment, quand un lieu aussi restreint devient un espace de travail, il faut prévoir un aménagement sécuritaire approprié. Rapidement, on doit cibler les risques d’incendie et d’explosion. Comme plusieurs produits dangereux qui dégagent des vapeurs inflammables sont utilisés dans les garages (ex : liquide de nettoyage pour les freins, diesel, acétylène, etc.), il faut prévoir une ventilation fonctionnelle et adéquate de la fosse : 12 changements d’air à l’heure par une aspiration de l’air près du plancher de la fosse. De plus, les installations et équipements électriques (ex. : luminaire fluorescent, rallonge électrique, meuleuse, baladeuse, etc.) doivent être antidéflagrants (classe I zone 2) selon le Code de l’électricité.

Question de minimiser le risque de créer une explosion ou un incendie dans la fosse, évitez, à moins de 20 pieds de la fosse, tous les travaux susceptibles d’entraîner des déversements de produits inflammables et, à moins de 35 pieds, les activités qui génèrent des flammes ou des étincelles. Et, juste au cas, assurez-vous d’avoir des extincteurs tous les 10 pieds dans la fosse de réparation.

Risques de chute

Fosse = trou. Il y a donc une possibilité de tomber dedans. Comme il y a possibilité, on doit mettre en place des éléments physiques pour minimiser le risque de chute. Ça commence tout d’abord par un plancher et des escaliers antidérapants, et une délimitation par une bande de couleur voyante et antidérapante, d’une largeur minimale de 1 pied.

Le pit doit aussi être ceinturé d’une barrière fixe ou d’une ligne d’avertissement d’au moins 0,7 m de hauteur, à une distance d’au moins 1 mètre autour de la fosse. Une affiche interdisant l’accès à tous, sauf au personnel autorisé, doit également être placée près des points d’accès. En cas d’impossibilité d’installer une barrière ou une ligne d’avertissement, on doit opter pour un garde-corps sur le pourtour de la fosse, ou un couvercle ou une grille sur l’entièreté de la fosse de réparation.

Si un travail doit être réalisé sur une passerelle au-dessus de la fosse, elle doit être facile à mettre en place et munie d’un garde-corps. Considérant la fréquence élevée des chutes dans l’industrie du transport, ne ménagez pas vos efforts pour sécuriser vos fosses de réparation!

Faut plus qu’ça bouge

Une fois qu’on est assuré que la fosse de réparation est bien aménagée, ventilée et protégée contre les chutes, on doit veiller au contrôle des énergies du véhicule. Autrement dit, faut plus qu’ça bouge!

Justement, ça tombe bien… Via Prévention tient le 24 avril prochain une demi-journée de prévention qui s’appelle Faut plus qu’ça bouge au Club de golf Métropolitain, à Anjou. De 7 h 30 à 11 h 30, des conférenciers viendront vous outiller sur les enjeux complexes du contrôle des énergies pour les équipements mobiles, comme les camions et la machinerie lourde.

Une fosse de réparation sécuritaire, c’est bien. Avec un véhicule bien immobilisé au-dessus, c’est encore mieux!

Téléchargez la version PDF.


Samuel Laverdière, CRIA, conseiller en prévention chez Via Prévention, possède un baccalauréat en relations industrielles. Il forme et conseille des gestionnaires et travailleurs des entreprises de transport au Québec. On peut le joindre à samuel.laverdiere@viaprevention.com.