Merci, Jacques

(0)
Publié parVia Prévention Catégorie

Par Samuel Laverdière, CRIA, pour le magazine Transport Routier, édition juillet/août 2020

Le 1er août 2020 fut le jour où l’Association sectorielle transport et entreposage, soit Via Prévention, a vu partir à la retraite un grand de son histoire. Non seulement par ses 6 pieds 5 pouces, mais aussi par son dévouement et son professionnalisme. Jacques Gendron a travaillé, durant les 38 dernières années, à rendre plus sécuritaires des entreprises de transport de marchandises et de personnes, des entrepôts et des entreprises dédiées aux services à l’environnement. Passionné, dévoué et accessible, il a notamment fait sa marque par son expertise en transport de marchandises dangereuses, en transport adapté et en manutention pour les déménageurs. Afin de rendre hommage à ce pionnier de la santé et sécurité du travail, je partage un peu de ce qu’aura été mon expérience acquise à le côtoyer.

Humilité

J’ai eu la chance d’apprendre mon métier en transport-entreposage à ses côtés pendant six petites années, et une des leçons transmises est celle-ci: Jacques Gendron aura laissé sa marque comme un passionné ayant le profond désir d’aider les travailleurs et les gestionnaires à prévenir les accidents du travail. Oui au désir de s’accomplir professionnellement et oui à la nécessité de transmettre des connaissances, mais, ô grand jamais, au détriment de la personne en face de lui. Travailler avec du monde, du vrai, les accompagner pour qu’ils grandissent, pour leur éviter des problèmes; c’est ça, pour moi, Jacques Gendron. Cette humilité devient l’héritage légué au jeune conseiller en prévention que je suis.

Gééééénial!

Je me souviens de la première fois où j’ai accompagné Jacques à une de ses formations. Ça faisait à peine quelques jours que j’étais en poste chez Via Prévention que, déjà, il m’invitait à venir voir comment il diffusait sa formation sur la conduite préventive des chariots élévateurs. Douze participants, dans une salle de conférence grande comme une salle de bain, lui, moi et tout l’attirail de formation. Dès les premières minutes, je constatais le bonheur qu’il vivait d’être assis avec les travailleurs, du monde ordinaire, à partager des pratiques pour faire en sorte qu’ils retrouvent leur famille, sains et saufs. Sans prétention et avec son humour bien à lui, il m’invite à intervenir au besoin, malgré mon expérience limitée sur le sujet, avec l’objectif de me faire apprendre le métier.

Je me souviens aussi avoir mené avec lui, une journée entière, dans l’entrepôt, les évaluations pratiques des participants. Comme l’entreprise fabriquait des épices, ça sentait à plein nez et je crois que mes vêtements ont conservé l’odeur durant des semaines! Pour certains, un jeune en poste peut sembler une menace, une poussée vers la sortie. Jamais Jacques ne m’a donné l’impression de retenir de l’information. Il aura été, avec moi, un livre ouvert sur ses connaissances qui, malheureusement pour moi, sont trop nombreuses pour que j’aie eu le temps de toutes les assimiler durant notre trop courte collaboration.

Noui…

Est-ce que c’est triste qu’il parte à la retraite? Évidemment, ça fait un gros pincement au cœur de savoir que nos chemins se séparent. D’un autre côté, après 38 ans de loyaux services envers un employeur pour lequel il a lui-même jeté les bases, on ne peut qu’avoir le sourire aux lèvres en sachant qu’il pourra vaquer à ses autres passions : les voyages, les randonnées pédestres et la géologie, pour ne nommer que celles-ci. C’est donc avec son fameux «noui» que je réponds à la question du départ. Je termine en le remerciant et en lui souhaitant un joyeux 1er août, sa date de départ à la retraite étant aussi celle de son anniversaire.

Téléchargez la version PDF.


Samuel Laverdière, CRIA, conseiller en prévention chez Via Prévention, possède un baccalauréat en relations industrielles. Il forme et conseille des gestionnaires et travailleurs des entreprises de transport au Québec. On peut le joindre à samuel.laverdiere@viaprevention.com.