Sécuriser structures et personnes

(0)
Publié parJean-Christophe Minguez Catégorie,

Chez Via prévention, on connait bien Gilles Ducharme. Le président de Structurack a donné de nombreuses conférences dans nos événements et ceux de la CNESST, un peu partout au Québec, sur la sécurité des palettiers. Gilles est aussi gouverneur du Carrefour logistique de HEC Montréal. Comment ses équipes d’installateurs sont-elles reçues chez les clients? Et comment un spécialiste des processus de sécurité en entreposage gère-t-il subitement les risques infectieux? Il a bien voulu nous répondre.

Via Prévention:  Vous êtes un professionnel de la sécurité, des structures, du métal. Pas de la santé. Or, le risque infectieux est aujourd’hui présent partout. Comment l’intégrer dans des processus de sécurité liés aux palettiers et aux entrepôts?

Gilles Ducharme: Il est tout à fait possible de respecter les règles de prévention de la santé publique et de la CNESST dans un centre de distribution. Considérant la superficie d’un entrepôt, la densité de travailleurs est faible. Les allées mesurant généralement 3 mètres de largeur, il est facile de respecter la distance de 2 mètres entre les personnes. Et toutes les autres mesures de prévention demandant l’utilisation d’ÉPI ne modifient pas les processus de sécurité liés aux palettiers.

Via Prévention: On a déjà lu dans C’est l’fun à lire que les camionneurs ne sont pas toujours les bienvenus chez les entreprises qu’ils desservent. Qu’en est-il des installateurs et réparateurs de palettiers?

Gilles Ducharme: La situation varie beaucoup d’un endroit à un autre même si la peur est présente partout. En Ontario, un client ne veut plus que nos installateurs rentrent chez lui. Même en démontrant que nous respectons scrupuleusement les consignes sanitaires, il privilégie la main-d’œuvre locale. Chez les clients québécois qui n’ont pas cessé leurs opérations, car fournisseurs de services essentiels, tels qu’Agropur, la situation est différente. Les vaches n’ont pas cessé de faire du lait, Agropur de produire des produits laitiers et de les faire transiter par ses entrepôts. Les palettiers n’ayant pas cessé d’être endommagés, sécurité oblige, Structurack continue de les réparer. Nous devenons ainsi un service incontournable malgré la crainte de la maladie. Pour des clients qui sont en train de reprendre après une cessation des activités, l’anxiété est plus forte. Vous savez, alors qu’un camionneur n’est présent que le temps de la livraison, nos équipes peuvent passer 8 heures, chez le client. L’accès aux sanitaires n’est pas toujours acquis, on va luncher dans le véhicule ou dans une tente à ouverture rapide que nous avons achetée pour l’occasion. On s’adapte, Structurack est une petite équipe de 20 personnes. Nous sommes tous très solidaires, personne n’a perdu son emploi, car nous avons lancé des initiatives pour nous améliorer à l’interne, comme le déploiement d’un CRM ou le développement de nouvelles méthodes de calcul. Le moral est très bon.

Via Prévention: Est-ce que gérer la peur des autres fait partie du travail?

Gilles Ducharme: Nous faisons beaucoup d’éducation, nous informons le plus possible pour rassurer et parfois contrer des légendes urbaines qui peuvent se mettre à circuler. Par exemple, en Ontario, une rumeur persistante laissait croire qu’il était interdit de se trouver à plusieurs dans un même véhicule d’entreprise. Bien que cela n’ait jamais été le cas, nous voir débarquer à plusieurs d’un même camion créait une grande insécurité. Lorsque nos installateurs travaillent sur une réparation, ils ne peuvent pas toujours se tenir à 2 mètres l’un de l’autre. Nous en informons nos clients à l’avance pour ne pas que cela les inquiète. En milieu de travail, nous devons éviter de faire peur. Pour poursuivre nos activités, en particulier de maintenance des structures, nous devons démontrer hors de tout doute que nous gérons le risque infectieux en respectant à la lettre les mesures de prévention de la santé publique.


Jean-Christophe Minguez, agent de communications chez Via Prévention. Son travail consiste à marier Monsieur Plaisir et Madame Prévention. On peut le joindre à jean-christophe.minguez@viaprevention.com.