C’est pas d’la p’tite bière

(0)
Publié parVia Prévention Catégorie

Par Samuel Laverdière, CRIA, pour le magazine Transport Routier, édition novembre 2015

J ’ai fouillé sur les Internets pendant quelque temps, parmi les chansons de certains de nos grands paroliers du Québec, à la recherche d’une chanson pour m’inspirer l’écriture de l’introduction de cette chronique. Et quel a été mon constat? Bien… il semble que l’alcool au volant, c’est banal, voire amusant.

Si je vous posais la question à vous, superviseurs d’entrepôt, gestionnaires de flotte de camions, conseillers en ressources humaines et travailleurs: est-ce que la consommation d’alcool et de drogue dans votre milieu de travail est banale? Si vous répondez non, ce que j’espère, alors comment intervenez-vous? Quelles sont vos possibilités d’action? Si votre collègue se présente au travail un certain matin en état d’ébriété, allez-vous faire votre shift comme si de rien n’était? Est-ce que votre sécurité peut être compromise? Beaucoup de questions, peu de réponses claires, mais certainement de l’émotion à la caisse.

Chaud ou gelé, c’est le même discours

Je ne suis pas avocat, ni juriste, et je ne tenterai pas de prendre ces rôles pour cette chronique. Par contre, je suis humain, tout comme vous. Et c’est justement les aspects émotifs et humains qui sont relayés au second plan, dans la gestion de l’alcool et des stupéfiants en milieu de travail. Dans l’industrie du transport, combien d’entreprises engagent des conjoints et conjointes, frères et sœurs, cousins, oncles, etc.? Y a-t-il une manière appropriée de communiquer ses inquiétudes à un collègue en état d’ébriété sur les heures de travail? Et si notre intégrité est en danger? Une intervention avec un proche peut être périlleuse, en plus de susciter un malaise flagrant pour la majorité des gens. Réfléchissez-y deux secondes. Mais une chose est certaine: brisez les tabous. Parlez-en. Cherchons des réponses à vos questions, ensemble.

La préoccupation «toxicomanie» doit également prendre la part qui malheureusement lui revient. Avec des degrés divers de manifestation, la consommation de drogues affecte la dimension travail de très nombreux chauffeurs, caristes, mécaniciens, etc. Il ne faut pas se mettre la tête dans le sable: il n’y a pas que les adolescents qui fument du pot quotidiennement. La cocaïne et les autres drogues dures ne sont pas consommées que par des junkies de fond de ruelles. Soyez lucides et brisez les tabous.

Prévenons sans modération

Le 3 décembre 2015, au Club de Golf Métropolitain à Anjou, Via Prévention tiendra son colloque automnal intitulé Prévenons sans modération, sur la thématique de l’alcool et des drogues en milieu de travail. Durant cette journée, vous aurez la possibilité d’assister à des présentations qui ont pour but d’outiller gestionnaires, travailleurs et responsables de santé et sécurité en matière de prévention d’accidents de travail en lien avec la consommation d’alcool et de drogue.

Le colloque accueillera une panoplie d’experts de l’industrie, qui aborderont des sujets tels que le cadre légal des politiques sur les stupéfiants et l’alcool et l’implantation de politiques en milieu de travail, en plus de laisser place à différents témoignages. Pour les détails concernant l’inscription à cette journée fort intéressante et pour en connaitre davantage sur la programmation du colloque, contactez Jacqueline Lapierre au 514- 955-0457, ou visitez la page viaprevention.com. Je vous lève mon verre d’eau, à tous ceux qui viendront à cet événement, où la prévention coulera à flots!

Téléchargez la version PDF.


Samuel Laverdière, CRIA, conseiller en prévention chez Via Prévention, possède un baccalauréat en relations industrielles. Il forme et conseille des gestionnaires et travailleurs des entreprises de transport au Québec. On peut le joindre à samuel.laverdiere@viaprevention.com.