J’ai recommencé à lire Tintin

(0)
Publié parJean-Christophe Minguez Catégorie

Saviez-vous que les albums de Tintin comptent 62 planches? Isabelle Lessard, elle l’a toujours su. Grande amatrice de l’intrépide petit reporter, la directrice générale de Via Prévention s’est replongée dans les aventures du célèbre globe-trotter. Une façon pour elle de voyager par procuration, s’identifiant au personnage, de pays en pays. Son accès au rêve avant que le voyage ne redevienne réalité.

CFAL: Que peut-on te souhaiter comme cadeau de Noël?

Isabelle Lessard: Pouvoir recommencer à rêver. À rêver de projets, de voyages, de soupers avec des amis. La préparation, l’attente de quelque chose est parfois aussi agréable que le fait de le vivre. En ce moment, ce qui me manque le plus, c’est cette capacité à prévoir, à planifier des choses qui me font plaisir, mais qu’on ne peut plus se permettre de faire actuellement. Ce serait mon plus beau cadeau.

CFAL: Ce qui te manque, c’est l’idée plus que la chose?

Isabelle Lessard: J’aime beaucoup voyager. Je prépare mes voyages des mois à l’avance et cette préparation est aussi agréable que le fait de voyager. L’anticipation est très importante pour moi. C’est aussi le cas avant de recevoir des amis pour souper. Je vais préparer le menu deux semaines à l’avance, choisir les vins. Or ces temps-ci je ne peux pas préparer d’activités personnelles comme j’aime le faire.

CFAL: Est-ce que c’est la même chose au travail?

Isabelle Lessard: Au bureau, on n’a pas arrêté de travailler ni de faire des projets. Ce qui me manque, c’est le contact humain. Et c’est ce qui manque aussi beaucoup à l’équipe. Ces contacts sont aussi agréables que les projets, on en a besoin. On a beau dire qu’on se parle au téléphone, qu’on se voit en zoom, ce n’est pas pareil.

CFAL: Que te confie ton équipe par rapport à cette situation?

Isabelle Lessard: Les conseillères et conseillers sont des personnes sociales, toujours en contact avec la clientèle. Normalement, ils rencontrent leurs clients, les voient, reçoivent du feedback. Dans les Zoom, il n’y a pas de feedback, pas vraiment de non verbal. Cette rétroaction de la clientèle, en formation ou en visite d’entreprise, leur manque beaucoup. Cela leur permet de s’ajuster, au besoin, et de recevoir une certaine gratification. Pour les autres membres de l’équipe, ce qui manque le plus, ce sont les échanges informels. Il manque la chaleur humaine. Et tout le monde le ressent dans sa vie privée aussi.

CFAL: Lorsque tout le monde sera vacciné, qu’est-ce que tu vas faire?

Isabelle Lessard: Je pars. C’est clair. En avion ou en voiture, je partirai. Mes voyages sont des pauses bienfaitrices durant l’année. Quand je ne peux pas me préparer à aller quelque part, ça me manque énormément. Au travail, on va tous se retrouver et manger ensemble. Faire une fête en invitant Jacques (ndlr: Jacques Gendron, ex-conseiller de Via Prévention, a pris sa retraite l’été dernier sans que l’on puisse célébrer sa carrière). C’est fou parce que ce n’est pas du travail, mais ça en fait partie.

CFAL: Que fais-tu pour compenser ton manque de voyage?

Isabelle Lessard: C’est carrément absent, je ne peux pas compenser ça. Tant qu’on ne peut pas recommencer à planifier des activités sociales, ça reste un grand vide. Disons que je suis en pause. Sinon, j’ai recommencé à lire des Tintin. Lorsque j’étais enfant, les Tintin me faisaient beaucoup rêver. J’ai commencé à voyager avec des Tintin. C’est une chose concrète que je fais, ça me fait du bien.

CFAL: Il t’en reste beaucoup à lire?

Isabelle Lessard: Oui, il m’en reste. C’est un petit plaisir que je vais étirer. Je ne lis pas plus d’un Tintin qu’un par semaine. Je fais durer le plaisir parce que 62 pages, ça peut se lire vite.


Jean-Christophe Minguez, agent de communications chez Via Prévention. Son travail consiste à marier Monsieur Plaisir et Madame Prévention. On peut le joindre à jean-christophe.minguez@viaprevention.com.