Vingt mille chariots sous les mers

(0)
Publié parVia Prévention Catégorie

Par Samuel Laverdière, CRIA, pour le magazine Transport Routier, édition mars 2017

Les chariots élévateurs sont des équipements de manutention que l’on retrouve dans la quasi-totalité des entreprises québécoises. À bâbord comme à tribord, parfois à contre-courant, ces engins motorisés circulent et ils empilent et déplacent des marchandises de toutes sortes. Il y a un lieu très spécifique dans vos entrepôts et ceux de vos clients où les caristes passent à l’abordage avec les chauffeurs et leurs camions: le quai de chargement. Eaux troubles parfois, mais surtout lieu de rencontre entre des vaisseaux métalliques de plusieurs milliers de kilogrammes et des (très peu protégés) moussaillons.

Mille sabords! Comme il s’agit d’un sujet ayant beaucoup de tentacules en santé et sécurité du travail, voici le premier chapitre d’une série sur les quais de chargement qui a pour cible les départs inopinés, c’est-à-dire le départ inattendu d’un chauffeur avec son camion alors qu’un cariste est en cours de chargement ou de déchargement.

Péril en haute mer

Les accidents de travail aux quais de chargement ne surviennent pas que dans les grands centres de distribution fréquentés par vos chauffeurs, où plusieurs dizaines de chariots élévateurs circulent simultanément. Les départs inopinés peuvent se produire également dans les petites entreprises qui comptent seulement une ou deux portes au quai de chargement. Les conséquences d’un départ inopiné peuvent s’avérer graves, voire dramatiques: un chariot qui tombe ou bascule peut causer la mort du cariste.

Quelles sont les causes possibles de ce type d’accident? L’absence de signalisation, des éléments techniques inefficaces, une communication insuffisante entre le cariste et le chauffeur et une organisation du travail déficiente donnant au chauffeur la liberté d’attendre où il le veut durant la manutention. Vous l’aurez remarqué, il s’agit d’une combinaison de facteurs administratifs et techniques. Pour corriger la situation et éliminer le danger à la source, il faut évidemment s’attaquer à ces deux volets, tonnerre de Brest!

Arriver à bon port

Miser sur des mesures préventives efficaces pour éliminer le risque d’accident du travail aux quais de chargement, c’est faire en sorte d’éviter de couler, de sombrer vers les profondeurs. D’un point de vue purement administratif, une entreprise peut faire parler plusieurs canons pour faire respecter ses directives. Votre première munition pour lier des amarres solides lors de toutes vos actions aux quais de chargement, c’est l’établissement d’une procédure claire et ferme sur la manière dont les visiteurs et les caristes doivent se déplacer dans ce lieu névralgique. Elle encadre la sécurité des personnes en éliminant toute confusion dans les opérations (ex.: lors du chargement ou du déchargement de son véhicule, le chauffeur doit être dans la salle prévue à cet effet). À ce titre, autant la Loi sur la santé et la sécurité du travail que le Code canadien du travail (Partie II) prévoient qu’un employeur doit fournir des lieux de travail sécuritaires pour tous les travailleurs présents dans ses établissements.

Pour physiquement ancrer un véhicule lourd à un quai de chargement, un employeur a plusieurs options à sa portée. Des exemples? Les crochets de retenue sont probablement ce qu’il y a de plus efficace parce qu’ils viennent s’accrocher à la barre anti-encastrement des remorques. Leur utilisation est simple et efficace, mais ils sont dispendieux. On retrouve aussi des dispositifs de cadenassage qui peuvent se fixer au pivot d’attelage de la remorque et certains autres modèles qui s’installent sur l’alimentation en air de la remorque. Donc une fois les freins de stationnement engagés, le cariste qui prend possession de la clé s’assure que le véhicule lourd ne pourra pas être remis en marche alors qu’il se trouve à l’intérieur. Pour ce qui est des cales de roues, soyez conscient que leur efficacité est très limitée si elles ne sont pas jumelées à une ou plusieurs autres mesures préventives.

Il n’y a pas une seule solution miracle pour sécuriser un quai de chargement. Chaque entreprise doit personnaliser ses moyens de prévention, qu’ils soient de nature administrative ou technique. À vous de hisser les meilleures voiles et de mettre le cap sur la sécurité.

Téléchargez la version PDF.


Samuel Laverdière, CRIA, conseiller en prévention chez Via Prévention, possède un baccalauréat en relations industrielles. Il forme et conseille des gestionnaires et travailleurs des entreprises de transport au Québec. On peut le joindre à samuel.laverdiere@viaprevention.com.